fbpx Taureau .. Aimer pour en Finir avec la Mort .. | resonant worlds Aller au contenu principal

Tu navigues actuellement sur la nouvelle version de notre site. Pour bénéficier de toutes les fonctionnalités, nous t'invitons à faire un login
Si nécessaire, tu peux demander un nouveau mot de passe en cliquant ici.

Dark Venus desire
Publication provisoire

Taureau .. Aimer pour en Finir avec la Mort ..

.. naître avec ce désir prétexte qui mène à sa mort .. à sa finalité .. mourir à cette mort fictive pour découvrir le vrai désir .. au delà de toute raison ..

Astrologie karmique

Samedi 20 avril 2019, à 10:50 du matin ( GMT+2 ), nous passons en mode tropical, par la Porte du Taureau, वृषभ [vrishaba] ..

.. nous entrons dans les terres émotionnelles et périnatales du corps-mental, cette émotion psychique qui a survécu au processus traumatisant de notre naissance en ce monde, .. un passage difficile qui est à la fois, notre première mort et notre première renaissance .. notre première mise en échec et notre première fuite en avant, .. la fuite en avant est un piège, magnétique, cerclé et cyclique, dont il faudra se libérer des emprises tauriques .. (=le toron) ..

.. cette année, l’entrée tropicale en Taureau se fait en l’ascendant solaire du Cancer .. sidéralement, le Soleil est à 5°53 du Bélier en [ashvini] .. et la Lune est à 17°52 de la Balance en [svati] .. ce qui donne à ce passage tropical de la Porte du Taureau, une belle opportunité .. une tranquille énergie de changement .. une douce transcendance possible ..

.. au lundi 22.4.2019, 18:31 GMT+2, le Soleil est en conjonction parfaite avec Uranus, la Lune est en conjonction parfaite avec Cérès en Sagittaire,  et Vénus est en conjonction fusionnelle avec Mercure, Chiron et Vesta en Bélier, ils rendent cette entrée en Taureau aussi pulsante, incitative et puissante .. que calme, maîtrisée et apaisée .. possiblement chanceuse ..

.. अमिताभ [amitabha], le Bouddha Rouge de la passion inconditionnellement extrême [raja], est devenu inconditionnellement paisible et bienheureux .. quelque semble être devenue la réalité du monde extérieur ..

.. l’An XII du Cochon de Terre, nous amène son premier répit, ses premiers fruits .. son premier bilan .. une douce accalmie qui nous donne l’opportunité de revisualiser l’avenir rêvé .. de toucher au changement tant désiré .. de mettre l’objet d’amour à portée de main .. Mars en Gémeaux et Vénus en Bélier nous amènent leur bouquet lumineux d’émotions, leur luxuriance fertile de sensualité .. la magie du Cochon de Terre veut qu’on meurt de par ce qu’on aime, .. ou de par sa séparation symbiotique ..

.. et qu’on aime de par ce qu’on meurt, .. ou de par sa dépendance émotionnelle .. la souffrance est une douleur psychologique résurgente, reliée aux mémoires émotionnelles périnatales et primales, .. peurs de séparation et d’anorexie (=marginalisation, hypocondrie, inconformation), .. peurs d’étouffement et d’annihilation (=désubstantation et dévitalisation, démembrement et destructuration), .. peurs d’abandon et d’extermination (=sacrifiction) .. chaque emprise périnatale justifie l’appréhension excessive précédente .. et la démesure réactive future ..

le Taureau [vrishaba], la deuxième naissance ..

.. la maison du Taureau est la deuxième naissance, elle est le revécu émotionnel et symbolique de ses matrices périnatales .. en première naissance, naître et mourrir c’est recommencer sans cesse son parcours sinueux sans comprendre, sans relativiser .. choisir et confronter, c’est renoncer encore à embrasser le tout sans rencontrer, sans connaître ..

.. la deuxième naissance est la libération du masque du déni .. et de la peur viscérale .. la libération de la douleur de la séparation, .. et du cri primal ..

.. en sanskrit, [tauru] est le tourment émotionnel, .. le long cri de naissance et le long gémissement d’agonie .. [torana] est la porte et [taurya] est la danse .. dans les trois cas, [tauru] est lié à la racine [tor-] qui est le passage pénible, ou l’initiation douloureuse et sans fin à la réalité terrestre .. une initiation troublante à ses désirs passionnels les et ses morts symboliques, une découverte déstabilisante de ses plaisirs et ses souffrances .. joignant rupture et attachement .. autisme et affectivité ..

.. Vénus est la divinité séduisante de l’amour-désir qui nous fait sortir de nous-même, de notre coquille .. de la vénération du divin plaisir qui nous meut malgré nous .. et de l’addiction au besoin ou au manque vénal qui nous perd dans la souffrance (=lamort) .. cette Vénus qui domifie le Taureau, est l’attraction et l’instrumentation du désir, par manipulation de l’objet prétexte du désir, objet qui symboliquement semble tant nous manquer .. Vénus est ce qui attire l’ascendance ou la déchéance d’un humain à sa beauté .. Vénus est ce qui fait « venir » par magie du manque du déjà vu .. ou du besoin du jamais vu, .. par attraction du déjà aimé ou du jamais aimé .. ou fait sombrer l’humain, qui par consommation excessive de déjà-acquis .. ou par frustration du non-acquis, ne connaît pas encore la plénitude de sa lumière, .. la nature apparemment addictive et contradictoire de son âme fusionnelle .. la nature duale et vitale de son désir sensuel .. l’objet purement fictif et prétexte de son amour sacrificiel .. Vénus polarise le lien amoureux, expose délibérément à la lumière de son désir, .. à la vitalité du désir prétexte .. ou à la chute dans une nouvelle dépendance, par transfert compensatoire morbide, .. par peur-désir du manque éternel, .. par non-envie réelle d’émancipation du moi .. Vénus est la divine lumière-désir [divya] qui guide, appel et érige (=éclaire) l’être bientôt auto-géré, [vira] .. ou qui égare et aveugle (=leurre)  l’être dépendant [pashu] .. Vénus est le [vana] la divinité de l’enclin naturel qui coule sans cesse en soi .. l’eau de sa fontaine intérieure qui m’abreuve de son désir ..

.. la Lune gère la sensibilité féminine qui anime le Taureau, ainsi qu’à leur façon, tous les signes astrologiques d’Eau et de Terre .. la Lune relie sans cesse à la matrice périnatale de l’enfermement morbide, à la mort de l’amour (=la rétention de force) .. ou à l’amour morbide (=la rétention par attachement affectif) de l’ancienne dépendance .. l’amour à mort .. la Lune est l’ influence de la matrice maternelle qui suscite et inhibe, .. qui protège et moissonne .. qui favorise et observe .. elle est l’énergie maternelle de la mort-amoureuse, cette énergie affective et autiste, souffrante ou se refusant à souffrir,  qui nous a fait ou vu naître .. et qui nous regardera ou fera un jour mourir ..

 

les Quatre Matrices Périnatales Fondamentales (MPF)

.. les matrices périnatales ou COEX ( condensed experiences ) sont les mémoires émotionnelles, affectives qui nous lient à la dépendance matricielle par amour ou par morbidité .. à cet amour incitatif ou préservant, aiguillant ou stérile, qui nous emmène de la vie à la mort, par le chemin sinueux et erratique de l’émotion.. ou cette porte initiatique et fantasmagorique de la mort, ce monde inconnu si craint .. d’une part la peur du vide si vide .. ou de l’auto-substentation (=manger sa propre chair) .. et de la résignation au besoin de rien d’autre que de l’éternelle lumière de soi-même  .. et d’autre part, de l’amour de la dépendance, de besoin addicte de manquer toujours de quelque chose .. et de la peur de ne suffire à soi-même .. l’ennui, (=le non-intérêt de l’addicte ) serait alors de ne manquer de rien .. car la dépendance affective fait exister le non-né par besoin du désir inconsommé et par peur du désir à consommer .. la deuxième naissance coupe le lien psychique à la dépendance inconsciente .. «  si ma matrice conditionnelle meurt, je mourrai aussi » ..

.. amour (=la non-mort) et mort sont donc intrinsèquement liés .. comme le plaisir et la souffrance .. le désir et la douleur .. la plénitude et le besoin .. le transitoire et l’éternité .. l’un se nourrit de l’autre .. l’autre se nourrit de l’un .. amour et mort sont donc ainsi liés aux quatre matrices périnatales fondamentales (MPF) .. amour et mort donnent à nos mémoires émotionnelles une dimension anatomique (=structurelle), énergétique (=fonctionnelle), émotionnelle (=mémorielle), symbolique et archépytale (=matricielle), aux conséquences comportementales et pathologiques (=logicielles) qui affectent notre existence .. les matrices représentent la commémoration de notre premier passage émotionnel en les terres concrètes de l’amour et de la mort ….

.. la matrice périnatale est par définition fictive, mais passéiste .. elle tend à transformer tout futur physique, dans une réplique psychique du passé ..

.. la MPF1 est la matrice édénique, elle nous connecte à une vie paradisiaque, préservée, paisible, .. à un bain de l’élu (-e) dans l’unité cosmique ou océanique .. mais en filigrane, à la peur de l’holocauste, de la contamination par des êtres invisibles , de l’intrusion en soi de l’éternel prédateur .. du paradis édénique surgit par pressentiment de vie antérieures, la peur de la perte du même paradis, par faiblesse du vaisseau-matrice porteur, par la défaillance du savoir qui préserve .. ou par l’immense appétit des besoins du passager, jouissif et contemplateur, le porté .. par exposition à l’ignorance qui expose .. la MPF1 porte à la dépendance, au non-engagement, à l’attentisme  et finalement à l’ennui .. mais aussi à la schizophrénie de la psychose, au délire mystique, à la confusion entre fantasmes et réalité .. la MPF1 est un appel inconscient au prédateur caché .. car seul le prédateur semble justifier la matrice protectrice .. la diabolisation de l’autre et la réaction égocentrique de ses défenses démesurées est toujours au rendez-vous d’une matrice .. la démesure et le manque de rationalité sont des symptômes d’emprise périnatale ..

.. la MPF2 est la matrice infernale, elle nous connecte aux premiers spasmes, aux premières contractions d’expulsion .. la pression du ventre matriciel crée un sentiment d’écrasement, d’étouffement et une angoisse existentielle, face à un monde hostile, face à un danger de mort ou face à une peur d’agression .. surviennent des spasmes d’emprisonnement, de séquestration, de claustrophobie .. nourrissent des besoins de soumission, de culpabilité, de sentiments d’impuissance, d’infériorité et de victimisation .. de renoncement .. de repli sur soi .. du refoulement des émotions et l’inhibition des sentiments

.. la MPF3 est la matrice de combat pour sa survie .. elle nous connecte à l’adversité, à la mise en compétition .. créant un conditionnement de combat à mort pour la renaissance, une lutte acharnée pour sa survie .. elle est réactive par définition, les forces en présence sont titanesques, puissantes et explosives .. la mise au contact avec les matières biologiques contenues par la filière du pelvis génital ( la promiscuité forcée avec sangs, mucosités, liquides amniotiques, urines et excréments ) crée l’aversion nécessaire à sa lutte pour la survie, pour la prise des moyens pour s’en sortir .. et la découverte d’une libido pervertie et intrusive.. la MPF3 crée un égo agité, hyperactif et dominant, conquérant et manipulateur, cachant une dépression froide, des déviances sexuelles, des compulsions obsessionnelles, de l’hystérie et des allergies, des troubles d’expression et des ulcères ..

.. la MPF4 est la matrice de la mort de l’égo et la renaissance .. elle nous connecte à notre première expulsion vécue et subie .. à la première coupure avec le conditionnement et l’habitude .. elle pousse à des comportements excentriques, exubérants .. à des prises de risques énormes, à des mises en danger dirréfléchie de soi ou des autres .. à un sentiment de libération ineffable, à la résolution d’un conflit ancien, tout en présentant l’imminence d’une autre nouvelle catastrophe aux conséquences gigantesques .. la sensation d’avoir franchi des obstacles, ou terrassé des ennemis qui faisaient ombrage à notre reconnaissance et notre droit à l’existence .. l’acceptation et la fraternisation font bon ménage avec la sensation d’une grande fatigue, d’un besoin de fuir dans les exutoires, les  décompensations et d’une manifestation excessive de désinhibitions .. la manifestation de la peur de la rupture irréversible et de l’abandon final total, .. la peur du bonheur et de la non-dépendance qui nourrissaient la MPF1, se réunissent à nouveau ..

 

.. le parallèle des MPF avec les [ashrama] de l’astrologie védique, les [parayaya] est impressionnante .. à chaque fois le paradis est perdu, .. à chaque fois l’enfer renaît, .. à chaque fois l’acte sacrificiel ultime est exigé, .. à chaque fois la paix est obtenue au prix de sa vie précédente .. amour et mort lient à la souffrance du corps maternel .. à la condition douloureuse de la vie sur terre : मृद् [mri] est la dualité de l’existence sur terre .. la douceur de l’attachement et de l’indépendance .. l’amertume du séquestre et de la séparation ..

.. les MPF mettent en évidence la substance des mémoires émotionnelles, .. la nature des mémoires affectives ou affectées qui poussent à la confiance ou à la souffrance, face à la dépendance ou à l’émancipation .. traditionnellement quatre courants organisent nos mémoires-émotions .. nos idées ou mémoires visuelles et projections, .. nos sentiments ou mémoires affectives et préférences .. nos sensations ou mémoires sensuelles en mise en sens et d’anticipation .. nos intuitions ou mémoires réflexes, instincts prémonitoires et capacités conditionnées par la répétition .. ces quatre polarités de mémoire -émotions sont conditionnées par les MPF, .. elles créent la base émotionnelle, la fondation affective et affectée de notre psyché, en interaction avec les situations trop contraignantes ou trop lâches .. elles forment l’ossature de notre passé-futur conditionné .. notre contrat existentiel .. le contrat est étymologiquement une réduction .. le dessein d’un confinement .. d’une traction contre soi ..